La Libre de ce jour revient sur mon intervention auprès du Ministre des Finances Alexander De Croo concernant les déclarations fiscales introduites en Région bruxelloise et dans les 6 communes à facilités de sa périphérie. Les données statistiques recueillies permettent de distinguer très nettement les communes du sud et celles du nord, en particulier le nord-ouest de la Capitale, qui comptent respectivement les plus grosses proportions de contribuables réputés francophones et néerlandophones. Ces chiffres traduisent une présence flamande qui a toujours été historiquement plus marquée sur la rive gauche du canal.
Si l’on considère le taux de 9% de contribuables néerlandophones à Bruxelles comme le reflet d’une forme de recensement linguistique, on mesure d’autant plus l’étendue de la représentation garantie qui est celle du corps linguistique flamand au Parlement bruxellois.
Paradoxalement, dans les communes à facilités où les francophones sont très largement majoritaires, l’exercice des droits les plus élémentaires, dans le respect et la courtoisie, revêt chaque jour la forme d’une lutte sans fin… Je ne reviendrai évidemment pas sur le refus de nomination des 4 Bourgmestres, à Rhode-Saint-Genèse, Linkebeek, Drogenbos et Wezembeek-Oppem. A méditer dans le dialogue intra-belge !