« Parce qu’un homme sans mémoire est un homme sans avenir, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir » disait à juste titre le Maréchal Foch. Le 11 novembre 2018, ce n’est pas le centième anniversaire de la fin de la guerre que nous commémorons mais le centième anniversaire de la Paix. La barbarie a emporté des millions d’âmes venues de tous les continents, la cruauté a décimé des générations entières, la souffrance a été globale… De tranchées des Flandres à la Bataille de la Marne, des Balkans aux anciennes colonies en Afrique, des martyrs d’Aarschot, de Roubaix, Dinant ou encore Reims, la souffrance a été incommensurable… Et pourtant, aujourd’hui, en Europe et ailleurs dans le monde, nous sommes toutes et tous les dépositaires du souvenir des disparus et de l’esprit de paix qui doit vivre en chacun de nous. Cette mémoire pour notre avenir, cultivons là hier comme aujourd’hui, transmettons là à celles et ceux qui nous succèderont. Ce matin, j’assiste à la « Cérémonie commémorative organisée à l’occasion du centième anniversaire de l’Armistice de la Première Guerre mondiale » devant la Tombe du Soldat inconnu, en présence du Roi et en compagnie d’autres élus politiques et représentants des forces armées. Vive la Belgique, vive l’Europe et vive la Paix retrouvée !