Le carnaval est l’occasion de sacraliser le rire et l’humour, l’autodérision et la satire amicale. Pourtant, cette année à Alost, la caricature de nos concitoyens juifs a surtout suscité le dégoût et la consternation. Un véritable remake d’heures sombres de notre histoire. Je me joins à l’émotion générale de la population et j’interrogerai, dès la rentrée, les Ministres de la Justice et de l’Intérieur pour faire le point sur cette affaire consternante. Quelles sont les suites judiciaires à apporter à ces caricatures nauséabondes ? Pourquoi la police a-t-elle laissé faire cela ? Des réponses doivent être exprimées à la Chambre des représentants. L’antisémitisme n’est pas une opinion, c’est un délit !

Consulter l'article de La Libre sur le sujet