Comme la place Flagey (en surface), sa voisine la place Sainte-Croix à Ixelles fait l’objet d’une interdiction de stationnement. Mais à ce jour de nombreux véhicules s’y trouvent régulièrement garés, et plus spécifiquement en soirée

Cette « infraction » est, dans la très grande majorité des cas, due à une perception erronée de la situation et à une apparence trompeuse de l’espace plutôt qu’à une violation volontaire et consciente des règles du code de la route. En effet, la disposition des lieux fait davantage penser à un parvis qu’à un trottoir. En outre, l’automobiliste ne voit ni potelets mobiles ni indications claires, via un panneau ou une barrière, précisant qu’il s’agit bien d’une voirie non accessible. Cette impression est encore renforcée par la tolérance, voire l’autorisation explicite de stationnement sur la place à certaines occasions et notamment lors de manifestations culturelles au Flagey…

Si cette confusion, bien involontaire, est manifeste dans le cas d’usagers de la place et de son tissu commercial, social et culturel, il n’en est pas de même des services de police qui verbalisent quotidiennement les véhicules en stationnement à cet espace.

Régulièrement – et j’en ai moi-même été le témoin – on assiste à la scène suivante : une voiture de patrouille débarque sur la place, deux agents en sortent et, en l’espace de 10 minutes, infligent une septantaine de procès-verbaux avant de repartir ne laissant malheureusement aucune place à la discussion.

De nombreux citoyens s’en sont émus et ont manifesté leur mécontentement devant ce que beaucoup estiment être une « confusion entretenue par les autorités communales ou de la zone destinée à se financer». Certains en ont d’ailleurs fait une question de principe et ont porté l’affaire devant la justice afin d’y plaider leur bonne foi. Depuis, le Tribunal de Police a rendu plusieurs jugements qui leur ont donné raison.

C’est pour tenter de clarifier cette situation confuse que je suis intervenu au Conseil communal du 20 mars.

Afin de rétablir un peu d’équité et de tendre vers une adéquation entre les décisions de police et de justice, j’ai proposé de favoriser une approche plus préventive que répressive. J’ai plaidé pour que la mesure d’interdiction de stationnement soit plus transparente et efficace, ce qui permettra d’éviter le sentiment d’injustice des citoyens et de libérer quelque peu les effectifs policiers en soirée (fort limités) pour qu’ils puissent se consacrer à d’autres priorités…

Le Bourgmestre a entendu mes arguments et a, dès lors, accepté d’aménager une sortie et une entrée à la place, dotées d’un système de fermeture lorsque que le stationnement n’est pas autorisé.

Une très bonne nouvelle pour tous et pour la vie du quartier Flagey !